L’écureuil de Corée

écureuilC’est au début des années 70 que l’écureuil de Corée (Eutamias sibiricus ) aurait été observé pour la première fois, en Forêt de Soignes, dans le vallon des Enfants Noyés. Comment est-il arrivé là ? Mystère. Il est vraisemblable que des écureuils de Corée « détenus » comme animaux de compagnie par des particuliers, aient été lâchés dans la nature par leurs propriétaires. Ils se sont ensuite reproduits et sont revenus à l’état sauvage tout en se montrant cependant peu farouches : ils se laissent, en effet, approcher tout en restant sur leurs gardes !

Si en Asie, son pays d’origine, l’écureuil de Corée se complaît dans les forêts de mélèzes, dans la Forêt de Soignes, il préfère les vallons peuplés de chênes aux plateaux dominés par les hêtres, car il adore les glands ; il est assez fréquent dans le vallon du Rouge-Cloître.
Vu son régime alimentaire essentiellement végétarien (glands, faînes, samares, jeunes fleurs, jeunes feuilles et autres graines), il a facilement trouvé sa subsistance dans ce milieu forestier. Il ne dédaigne pas non plus les insectes ni, malheureusement, les œufs d’oiseaux nichant au sol, provoquant probablement une régression de ces espèces.
Si notre écureuil roux (Sciurus vulgaris) se complaît dans les branches hautes des arbres, l’écureuil de Corée vit essentiellement au sol, se limitant à grimper de temps en temps à faible hauteur (environ 2 mètres) sur les troncs. Vivant à des « étages » différents, ils se font peu concurrence même si leur régime alimentaire est semblable.
Essentiellement terrestre, l’écureuil de Corée installe tout naturellement son nid dans un terrier tandis que l’écureuil roux habite généralement dans un nid fait de branchages, juché dans la couronne des grands arbres.
En hiver, nos deux compères dorment beaucoup mais lorsque la température s’adoucit, ils sortent et glanent à l’occasion quelque nourriture, ce qui leur permet d’économiser les vivres qu’ils ont stockés dans leur nid.
En Belgique, l’écureuil de Corée est sous surveillance car il risque de basculer dans la catégorie des espèces invasives. RD

Ci-dessous, un film de Raymond Delahaye

Cette entrée a été publiée dans Natura Woluwe, News, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>