COMPORTEMENT DES ANIMAUX ET DES VEGETAUX EN HIVER (2ième partie)

En novembre, décembre et janvier, Raymond Delahaye, notre guide nature, publie trois articles sur le comportement des animaux et végétaux en hiver. Ce mois-ci, il nous parle des insectes et des mammifères.

.Les insectes.
SAMSUNG CAMERA PICTURES
Les insectes déploient plusieurs stratégies pour passer l’hiver.
Certains meurent en fin de saison mais les femelles ont préalablement déposé leurs œufs sous une écorce (voir photo d’œufs d’araignée dans leur cocon ; N.B. :l’araignée qui a huit pattes fait partie des arachnides et n’est pas un insecte), des feuilles mortes, dans la terre,…. ; ces œufs vont éclore au printemps. Les sauterelles, par exemple, suivent cette stratégie.
D’autres, passent l’hiver à l’état de larve bien abritée dans la feuille de la plante hôte, dont elle se nourrit ; c’est le cas de la mouche du houx (voir photo de la trace laissée sur la feuille par la larve).
SAMSUNG CAMERA PICTURES
La chenille du machaon, comme beaucoup de ses congénères, affronte la mauvaise saison sous forme de chrysalide où elle se métamorphose  en un  magnifique papillon une fois les beaux jours revenus.
De nombreux insectes adultes hivernent dans des endroits où la température est plus clémente (greniers, garages ou en dessous de l’écorce d’un arbre comme le papillon paon du jour).Les moustiques femelles hivernent dans les caves, les coccinelles rassemblées en grappe dans des greniers ou chambres.
Ces insectes qui hivernent entrent en diapause, période durant laquelle ils arrêtent toute activité et développement   ; cette diapause est un état proche de la mort.
Il existe aussi des insectes qui survivent grâce à la fabrication d’une sorte d’antigel qui les empêche de geler.
3 .Les mammifères.
L’hibernation est sans doute un des moyens les plus sophistiqués dont disposent certains mammifères pour passer l’hiver.
Certains animaux sont, en effet, capables de baisser leur température,  de ralentir leur rythme cardiaque et de s’endormir profondément  l’hiver en vivant sur leurs réserves.
C’est le cas du hérisson, de la chauve-souris, et du loir.
D’autres comme les écureuils diminuent leur activité en hiver mais profitent des jours où la température est plus élevée pour quitter leur nid et se nourrir ; on dit de l’écureuil qu’il hiverne.
Certains mammifères présentent une fourrure plus fournie en hiver ; le chat sauvage a des poils duveteux qui poussent dans sa fourrure à l’approche de l’hiver.
L’hermine dont la fourrure, en été, est brun foncé sur le dos et blanchâtre sur le ventre, revêt une parure blanche en hiver, ce qui lui permet de passer inaperçue dans la neige.
(Voir la troisème et dernière partie dans nos publications de janvier pour les végétaux et la conclusion)

Ce contenu a été publié dans Natura Woluwe, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *